FR EN DE ES PT IT
Profil Ankama

Profil ankama de DestinFarceur

Contacter Demander en ami
Inscrit depuis le 18/12/2005

Présentation

 UN SRAM NOMME DESTIN FARCEUR   

Guénolé "Le Sombre"

Tout commença avec Guénolé "Le Sombre", un vieil et ombrageux ancien Roublard...
Une nuit alors que celui explorait de fond en comble les égouts de Brâkmar,à la recherche d'on ne sait quel objet magique, il fut saisi par des cris de nourrisson venant d'un des recoins sombres de cet endroit malfamé... 
Parmi d'immondes détritus, il découvrit enveloppé dans les restes d'une Guenille un nouveau-né marqué du sceau de Sram...

Il pensa d'abord à quitter les lieux, en remettant au destin ce nouveau-né, mais se ravisa, pensant que les parents de celui-ci se devaient de n'être pas très loin, et mué par la curiosité de connaître les raisons de cet abandon... 

Il chercha pendant des heures et des heures, fouillant les moindres recoins de ce dédale d'égouts putrides, combattant maintes et maintes fois pour protéger ce petit être des monstres féroces et affamés... mais rien, aucune trace des géniteurs de son encombrant fardeau...
Les cris du nourrisson devenant de plus en plus forts ,sans doute causés par la faim, et risquant d'attirer vers eux toujours plus de monstres, il extirpa de son sac une fiole de sang de vampire ne sachant quoi donner d'autre à ce petit être... 

Il s'étonna à confectionner une tétine avec un bout de panse de rat qu'il fixa sur la fiole afin que celle-ci ressemble à un biberon... Le petit être engloutit en un rien de temps ce breuvage et s'endormit paisiblement...

Guénolé s'assit afin de se reposer quelques instants avant de reprendre son chemin et de ressortir de ces lieux où il venait de passer de trop longues heures... Il posa le nourrisson délicatement sur lui et se dit qu'il lui fallait prendre une décision désormais... trouver un endroit où il pourrait laisser ce petit être et où celui-ci serait en sécurité jusqu'à sa découverte par des gens plus à même que lui à s'en occuper... 
Il contemplait le petit être dormir paisiblement, quand d' horribles pensées lui vinrent :

"Qui? quelles créatures étaient susceptibles de s'occuper de ce nourrisson? 
était-il concevable que quelqu'un ayant un minimum de bonté vienne à 
s'aventurer en ces lieux? personne ne le découvrirait sans doute et il mourrait de faim ou finirait dévoré par les monstres peuplant ces sombres lieux...." 

A cette idée, lui pourtant si aguerri et au coeur si sec depuis si longtemps, ne pu s'empêcher de serrer le petit dans ses bras... 
Il pensa à toutes ces années de luttes contre Bonta... à tous ces combats auxquels il avait participé, s'alliant à d'autres créatures à ces occasions mais retournant à chaque fois à sa solitude... Allait-il continuer à vivre de la sorte? sans but, sans autre avenir que celui de finir tué un jour par quelques Bontariens avides de renommée ? 

N'avait-il pas une fois dans sa vie envie de compagnie, envie de transmettre le savoir qu'il avait acquis pendant toutes ces longues années? 

Il retira la Kamasutra qu'il portait autour de son cou, en coupa de nombreux maillons et l'accrocha délicatement autour du cou du petit endormi...

"Qu'elle te protège à vie ! toi que le destin ô combien farceur cette nuit a mis sur mon chemin... toi... mon... fils..."
 


 
Le Chemin de la Connaissance

Les années s'écoulèrent... Guénolé vouait tout son temps à l'éducation du petit Destin Farceur et ne participait plus qu'à de rares occasions aux luttes contre la cité de Bonta. 
Il préféra tout d'abord apprendre l'écriture et la lecture à son fils adoptif, développer son esprit critique et son jugement, car pour lui c'était grâce à cela qu'on pouvait obtenir sa véritable liberté.


Ils partaient tous deux dans un coin tranquille des Landes de Sidimotes ou du Cimetière des Torturés et passaient de longues heures à étudier les oeuvres des Maîtres Philosophes Srams et des poètes de la Cité Sombre.
Destin Farceur était avide de connaissances, il préférait d'ailleurs ces moments à ceux qu'il passait de temps en temps en compagnie des autres gamins de Brâkmar. Il s'écartait petit à petit de ses jeunes congénères qui passaient leur temps à vouloir se battre et parlaient de combats, de conquêtes qui ne voulaient rien dire pour lui, Guénolé lui cachant autant qu'il fut possible la sombre réalité de la guerre entre les deux grandes Cités.


Guénolé savait néanmoins qu'un jour il lui faudrait se battre et commença à le préparer doucement. Pour développer sa force physique il lui enseigna l'art du Bûcheron. Destin Farceur devint rapidement habile dans la coupe du Frêne, Châtaigner, Noyer... Lorsqu'il avait fini d'étudier il courait couper un peu de bois et le revendait à l'hôtel des ventes, ce qui lui rapportait quelques kamas qu'il s'empressait d'échanger contre de la nourriture pour son père et lui.

Guénolé lui appris également l'art de concocter diverses potions de soins et Destin Farceur s'offrit un recueil d'alchimie afin de pousser plus loin l'étude de cette vitale science.

Des années s'écoulèrent encore et encore, Destin Farceur devint un jeune disciple Sram agile et fort, pour qui de nombreuses choses n'avaient plus de secret. Guénolé jugea qu'il était temps de l'initier aux arts de la Guerre.

Un soir il dit à Destin Farceur :

«Mon fils... tu sais de nombreuses choses et je suis fier de voir que tu n'as de cesse d'en découvrir de nouvelles... il est de mon devoir maintenant de t'apprendre ce qui se passe en dehors de nos murs, pour que tu sois fort le jour où je ne serai plus à tes côtés...»

«Père.... pourquoi dis tu cela? ... tu seras toujours à mes côtés...»

Guénolé posa sur la table trois énormes livres sur lesquels était écrit : " Brâkmar, dernier refuge ", "Bonta, le mal dissimulé", "Astrub, l'inculte Babylone".

«Lis ces livres mon fils, ils ont été écrits par le grand Thycidude, historien de Brâkmar, ils t'apprendront tout ce que tu ne sais pas encore sur ce qui se trouve en dehors de Brâkmar, des landes de Sidimotes et du cimetière des Torturés.»

Destin pris les trois ouvrages et parti sans plus attendre au coeur du cimetière des
Torturés, avide de connaître ces inquiétants secrets.


Il passa quatre jours et quatre nuits à dévorer le contenu de ces importants ouvrages. Il apprit que chaque confession possédait des dons cachés, que la guerre entre Brâkmar et Bonta n'avait rien à voir avec une vision réductrice du Mal et du Bien et que bien souvent le Mal ne se trouvait pas à l'endroit où l'on pouvait le croire. Il appris qu'il existait une Cité du nom d'Astrub, repaire de nombre d'escrocs et voleurs, où la culture n'avait plus sa place depuis longtemps et où les habitants s'exprimaient dans un langage proche de celui des bêtes peuplant les environs de cette cité... Il comprit ce qu'était la Milice et la Tour des Ordres, endroits où son père lui avait interdit de pénétrer. Toutes ces choses nouvelles auxquelles il n'avait jamais songé se bousculaient maintenant dans son esprit... 

De retour, il ne put s'empêcher d'assaillir de questions Guénolé.

« Père... es-tu un Guerrier de Brakmar ? » 

« Oui je le suis mon fils. »

« Est-ce vrai que les Guerriers de Brâkmar ont des ailes couleur sang et que ceux de Bonta, des ailes blanches? Ou sont tes ailes, je ne les ai jamais vu? »

« Oui mon fils cela est vrai. » répondit Guénolé en déployant de magnifiques ailes couleur sang.

Les yeux de Destin Farceur s'écarquillèrent.

« Tu as du beaucoup combattre et remporter de victoires père... tes ailes sont comme celles des grands guerriers de Brâkmar représentés dans les livres...? »

« J'ai connu beaucoup de combats mon fils, mais je n'ai combattu que les êtres mauvais de Bonta. La guerre n'est pas quelque chose de beau mon fils, j'ai vu beaucoup de mes compagnons tomber pendant toutes ces années de guerre et beaucoup de gens souffrir... »

« Père, pourquoi caches tu tes ailes? As-tu... honte de Brâkmar? »

« Non mon fils, je suis très fier d'être Brâkmarien, même si dans notre belle cité certains sont devenus aussi avides de pouvoir et sans honneur que certains bontariens... mais je devais te protéger... et tu découvriras par toi-même, si un jour tu es « un guerrier de Brâkmar », qu'il vaut mieux éviter de sortir tes ailes dans certaines situations si tu désires un peu de repos et de tranquillité... Il existait un code d'honneur entre les combattants de Brâkmar et de Bonta : nous ne combattions que ceux qui sortaient leurs ailes, mais les choses ont bien
changé par rapport à ce que tu as pu lire dans ces livres, des êtres sans scrupules des deux côtés ne respectent plus ce code d'honneur... »

« Père, est-il vrai que la cité d'Astrub est devenue le symbole de la corruption, de l'inculture, et que ses habitants se comportent d'une manière pire que des Porkass avinés? »

« Évite cette cité nauséabonde et sans honneur tant que tu le pourras mon fils, et si tu dois t'y aventurer sois toujours sur tes gardes... »

« Père... je veux défendre notre cité... j'ai appris beaucoup de choses mais je me sens inutile... Donne moi l'autorisation de me rendre à la Milice... »

« Je savais que cela arriverait un jour... si tel est ton voeux je ne peux m'y opposer, mais je te demande encore un peu de temps... tu ne connais rien au maniement des armes, ni au pouvoirs que tu possèdes en toi... il me faut te former, ensuite tu iras trouver Oto si tu le souhaites toujours. »« Ainsi c'est donc vrai, nous possédons des pouvoirs cachés? »

« Oui mon fils, de puissants pouvoirs pour qui sait s'en servir et les maîtriser... » 

 

Disciple de Sram


Pendant les mois qui suivirent Guénolé entreprit d'initier Destin Farceur au métier des armes et du combat. Tous deux passaient de longues journées au cœur du Cimetière des Torturés.
Les Chafers et fantômes constituaient d'excellents adversaires pour le jeune Sram en formation.
Destin Farceur appris à se fondre dans l'environnement, forcer son adversaire à emprunter le chemin de ses pièges, et porter le coup de grâce à l'aide de dagues effilées. L'ancien Roublard n'avait rien oublié de l'art sombre des disciples de Sram et Destin Farceur se montrait un excellent
 élève... 

Guénolé ne pouvait retenir un sourire de fierté quand il voyait son jeune élève se sortir de la façon la plus inventive qui soit, des situations périlleuses dans lesquelles il l'avait poussé. Il souriait tout autant quand il le voyait aborder un combat d'une manière différente après un échec d'où son fils adoptif était sorti le corps meurtri par les profondes blessures.
Il lui répétait souvent ces mots :

"N'oublies jamais mon fils qu'un grand combattant est un combattant inventif qui pense avant tout à se préserver des blessures et ne sous-estime jamais son adversaire... Concentre toi et fait appel à Sram le plus souvent que tu peux, la force des dagues n'est rien comparée aux pouvoirs que Sram t'a accordé... et n'oublie jamais que si tu as foi en lui toujours tu te sortiras des situations compliquées..."

Un an passa, le jeune Destin Farceur n'ignorait plus rien des techniques de combat que lui avait enseigné Guénolé. Un soir, alors que Destin Farceur revenait d'une chasse aux Chafers la besace pleine d'ossements de toutes sortes et s’apprêtait à se rendre à l'Hôtel des Ventes afin d'obtenir quelques kamas, Guénolé s'adressa à lui :

"Mon fils, tu maîtrises parfaitement tout ce que je t'ai enseigné, il suffit de regarder le contenu de ta besace pour le voir... de tes échecs passés tu as tiré profit... ta foi en Sram te permet de ne plus  connaître la peur... mais je t'assure que tu vas de nouveau connaître la peur... et cette peur te viendra de Sram lui-même".

Destin Farceur voulu répondre quelque chose, mais la surprise était telle que son visage se figea, et nul mot ne parvint à sortir de sa bouche.

"Tu vas aller au Temple de Sram au Nord Est de notre Cité, celui qui s'y trouve te montrera à quel point Sram est puissant et décuple les forces de celui qui n'a cesse de croire en lui... Va mon fils, va... Passe la nuit là-bas à te recueillir et fais ce que tu as à y faire."

Seuls ces quelques mots purent s'échapper de la bouche du jeune Sram :

"Bien... père..."

Destin Farceur partit sur-le-champ, l'esprit empli de tant de questions sur ce que venait de lui dire son père.
La nuit venait de tomber sur Amakna lorsqu'il arriva au Temple. Cette nuit lui semblait plus noire que toutes celles qu'il avait connu. Même au cœur du Cimetière des Torturés il lui semblait que l'obscurité n'était pas aussi forte... En découvrant le bâtiment en pierre Il ressentit en lui un sentiment étrange comme jamais il n'avait ressenti auparavant, un sentiment ou se mêlaient à la fois une sensation d’apaisement et de crainte...
Il pénétra dans l'imposante bâtisse en pierres et fut tout d'abord très impressionné par deux imposantes statues drapées de la  même cape que celle que portait son père, avant de découvrir au milieu de cette sombre salle un être aux yeux perçants qui le dévisageait d'un air méfiant...



"Qui es-tu toi qui ose venir ainsi dans le Temple de Sram?" lui dit cette créature d'une voix qui lui glaça le sang.

"Je suis... Destin Farceur, fils de Guénolé le Sombre... » lui répondit le jeune Sram d'une voix quelque peu hésitante.

"Guénolé le Sombre... huhuhu... ce vieux fou est donc encore vivant... et a donc une descendance..." répliqua la sombre créature d'un ton interrogatif mâtiné de mépris.

"Tu... connais mon père?"

"ô que oui je le connais, même si cela me semble faire bien longtemps qu'il nous a quitté l'esprit plein de chimères..."

"Il... vous a quitté?" 

"tsss...tsss..." le coupa l'étrange créature.
"Demande-lui simplement s'il se souvient de Rigal Main Crochue quand tu t'en retourneras vers lui.... si tu t'en retournes... huhuhu... si sa mémoire n'a pas été emportée par ses fous rêves il t'expliquera beaucoup de choses... Mais pour le moment il y a autre chose de plus important... que viens donc tu faire ici où seuls les disciples du Grand Sram sont conviés?"

Destin Farceur serra ses dagues et d'une voix déterminée lui répondit :

"Guénolé m'a envoyé ici pour rencontrer celui qui me fera connaître la peur... Es-tu celui-ci?"

Les yeux perçants de la créature se remplirent d'une fine lumière qui semblait montrer un sentiment d'immense satisfaction.

"Ainsi il t'a envoyé souffrir... il a envoyé son fils souffrir... Je ne suis pas celui que tu es venu chercher, même si je le regrette vraiment huhuhu!… Il se trouve en bas, au-delà de ces escaliers… mais je te déconseille de l’approcher, tu me sembles bien faible pour ne pas y  laisser ta vie…huhuhu!… »

Touché dans sa fierté par cette phrase, Destin Farceur emprunta avec détermination le chemin des escaliers, qui semblaient mener tout droit au plus profond de la terre  d’Amakna pendant que résonnait le rire strident de Rigal Main Crochue.

La Salle paraissait encore plus sombre que celle d’où il venait. Elle aussi était ornée de deux imposantes statues, copies conformes de celles qui l’avaient impressionné auparavant. Mis à part ces statues rien ne semblait se trouver dans cette salle, quand…

« Tiens tiens, un peu de travail pour mes petits, ils commençaient à dépérir.…» 

Un être qui lui ressemblait venait d’apparaître soudainement devant Destin Farceur qui malgré la surprise tenait déjà ses dagues en mains prêt à riposter à toute attaque.

« Du calme jeune apprenti… je ne te veux aucun mal.. Mon nom est Ninetaindo Peule, je suis juste là pour tester la volonté des apprentis… de moi tu n’as rien à craindre… seule ta foi en Sram peut faire l’objet de tes craintes… »

Destin Farceur rangea ses dagues.

« J’ai foi en Sram… je suis son disciple… je sais que rien ne peux détruire celui qui possède cette foi... je ne crains rien… » dit-il se redressant et toisant son interlocuteur.

« Alors, nous allons voir rapidement cela jeune apprenti… tu vas devoir  combattre pour tester cette foi… Celui que tu vas rencontrer est une étrange créature dont il ne reste que peu de représentants… Il a pour particularité le mimétisme, il copie en toi toutes tes capacités, toutes tes techniques, jusqu’à copier ta foi en Sram… c’est un terrible adversaire… Si tu sors vainqueur de ce combat, d’être Disciple de Sram, alors là oui seulement, tu seras digne. Es-tu prêt à combattre jeune apprenti ?» 

« Je le suis ! » cria Destin Farceur en sortant ses deux dagues.

La salle fut soudain envahie d’une épaisse brume pourpre, où il était difficile de distinguer quoique ce soit.
Alors que Destin Farceur cherchait péniblement son adversaire du regard, il ressentit une immense douleur dans la poitrine et se trouva violemment projeté contre le mur de pierre qui se trouvait derrière lui. Un rire machiavélique emplit la salle en même temps que cette immense douleur lui parcourait le corps.
Destin Farceur resta quelques instant au sol, le souffle coupé, étêté, surpris par ce qui venait de lui arriver. 
Il n’avait pas connu pareille douleur depuis si longtemps.
 

« Réfléchir… trouver où se cache cette créature… tenir… » seules ces pensées parcouraient son esprit. Il croisa ses dagues sur sa poitrine et…

« Sram… grand Sram rends-moi invisible aux yeux de cette créature… »

Un nuage sombre entoura Destin Farceur… qui profita de celui-ci pour se déplacer vers l’autre bout de la pièce.

« Ou est-il ?… le trouver… coûte que coûte… »

Ces pensées furent interrompues par un nouveau choc plus violent que le précédent. Destin Farceur hurla de douleur en roulant sur les dalles de pierre. Une nouvelle fois il n’avait pas vu d’où provenait cette terrible attaque. Le sang qui battait dans ses tempes lui faisait presque oublier le rire terrible qui résonnait dans la salle..

« Sram… puissant Sram… comment est-il possible qu’il me voit ?… »

« Il me faut le trouver… vite… » «aide moi… montre-moi où il est, je… t’en prie… »

Il avait beau scruter le plus attentivement possible, son assaillant se montrait toujours invisible.

« Sram… »
« Piéger, je dois piéger… je ne pourrais le trouver qu’ainsi… »

Destin Farceur se réfugia dans un coin de la Salle, posa deux pièges et attendit haletant que la créature vienne les déclencher en s’approchant de lui.

« Obligé… il est obligé d’en déclencher un… »

Une nouvelle douleur encore plus puissante que celles des assauts précédents parcourut son corps tout entier. Ses yeux se voilèrent de rouge, il gisait au sol brisé… incapable de se relever… son cœur s’emballa et la peur envahit son esprit… 

« Ce n’est pas possible… je ne le trouverai jamais… il est trop fort… mourir… je vais mourir… »

De douces images de Brâkmar lui vinrent en tête, le pont, la Tour, le vent aux odeurs de souffre, les rougeoiements de la lave… un sentiment de  bien-être empli tout son corps… 
Il allait fermer les yeux et se laisser aller quand l’image de Guénolé lui apparut…


« P…ère… » 

« Celui qui s'y trouve te montrera à quel point Sram est puissant et décuple les forces de celui qui n'a cesse de croire en lui... »

« …ne cesse de croire en lui… ne cesse de croire en lui… croire en lui… croire »

Alors que ces mots résonnaient encore dans son crâne Destin farceur vit une créature trapue aux yeux maléfiques qui s’approchait au-dessus de lui, ricanante…

« Sram… je le vois… il est là… aide moi je t’en conjure… Seigneur… que ton courroux me délivre de lui… Sram… »

La créature leva les bras pour frapper Destin Farceur, ses petites dents pointues brillaient dans l’obscurité…
Destin Farceur croisa les mains sur sa poitrine… 


« Seigneur…. »

Une terrible lumière noire jaillit, entoura le corps de la créature… un son strident envahit toute la pièce… Il y eut comme un assourdissant craquement… un cri terrible de douleur … puis plus rien… rien… la créature venait d’être emportée par cette lumière noire.
La brume pourpre disparut lentement… Destin Farceur resta un long moment au sol ne cessant de répéter :


« Merci… Puissant Sram… merci…».

Ninetaindo Peule s’approcha de lui et l’aidant à se relever lui dit d’une voix réconfortante :

« Ce n’est pas Sram qui t’est venu en aide… mais la foi que tu as placée en lui… souviens-toi de cette expérience Disciple… plus ta foi en lui sera forte plus puissant tu seras… repose-toi maintenant, passe le reste de la nuit ici, demain tu pourras t’en retourner d’où tu viens. »




Du Concile Pourpre au Clan de Sériane Kerm


Devenu adulte, DestinFarceur s'interessait par dessus au commerce... Il passait de longs moments à observer les hôtels de vente... Il fut surpris de découvrir la pauvreté de la Sombre Cité... et se mis en tête de rendre sa grandeur commerciale à Brâkmar.
En Descendre 635, Guénolé disparu, il se rendit à la Milice pour affirmer sa citoyenneté Brâkmarienne.

Pendant des années il s'impliqua dans son projet... Il développa deux confréries, "les Sombres Plaisirs", puis plus tard "la Skeletal Family", leur donnant pour éthique le redressement du commerce de Brâkmar... 


Il ne put à chaque fois constater que l'échec... Peu de ses concitoyens croyaient en son crédo et préféraient continuer à "engraisser" la Cité Blanche... Il tenta également de donner forme à ce redressement économique en intégrant le Concile Pourpre... 

Puis en créant l'O.M.B.R.E. (l'Organisation pour la Magnificence de Brâkmar et son Redressement Economique)... en vain... la Cité Sombre ne semblait pas avoir la volonté de renaître...


"Maljour membres du Concile Pourpre,

Vous n’êtes pas sans savoir que notre belle Cité connait de nombreux soucis économiques. Nous en avions il y a quelques temps discuté.

Le temps a passé mais nos hôtels de ventes sont toujours presque vides, les prix qui y sont pratiqués y sont souvent exorbitants comparés à ceux des autres cités.

De ces faits il résulte que nombreux sont nos concitoyens qui ne prennent même plus la peine de venir consulter les étalages de nos hôtels de ventes, préférant effectuer leurs achats et ventes à Bonta ou en d’autres lieux, préférant s’adresser à d’autres artisans…
Fautes de prix compétitifs, notre artisanat stagne, nos artisans ne peuvent pratiquer des tarifs attractifs sous peine de se retrouver rapidement sur la paille et manquent rapidement de précieuses ressources pour progresser.

Nous savons tous que quoique nous fassions, il existera toujours certains êtres au sein de la Cité qui ne voient que profit personnel et seront toujours prêts à perdre tout honneur pour quelques kamas de plus, mais devons-nous ne rien tenter et nous résigner à une telle situation ? N’est-il point possible de s’organiser, d’établir des accords commerciaux, de rendre attractifs nos hôtels de ventes, de promouvoir nos produits, d’organiser des foires et marchés ?
La tâche semble rude, il est vrai, et s’engager dans une telle entreprise  contraignant, mais quelle fierté sera nôtre si nous réussissons.

Les membres de la Skeletal Family sont prêts à s’engager dans cette entreprise et s’attachent d’ailleurs déjà depuis un bon moment à ne vendre et acheter qu’en notre Cité et à y pratiquer des prix plus bas que partout ailleurs. Je sais que d’autres se sont également engagés dans cette voie. Mais, seuls, isolés, nous ne réussirons pas… Il faut que les artisans, commerçants, éleveurs, s’unissent autour d’un tel projet pour que les choses puissent changer. 

Vous et moi nous sommes souvent heurtés par le passé, suite à des divergences d'opinions, une vision différente de certains aspect du Concile, mais il me semble que de part vos convictions et votre engagement pour la Cité, vous avez 
un rôle à jouer dans un tel projet de redressement économique, si du moins vous avez, en plus de vos activités, du temps à y consacrer. 

Ce projet a été baptisé l’O.M.B.R.E. (l’Organisation pour la Magnificence de Brâkmar et son Renouveau Economique). Son but est de réussir à organiser et promouvoir le plus efficacement possible le commerce de notre Cité. Tous les citoyens de la Cité qui désirent y participer y sont les bienvenus. Toutes les décisions pouvant être amenées à être prises le seront après débats et votes. Chacun y aura la parole, du plus petit artisan au maître. 

Je vous invite à découvrir plus en détail ce projet dans sa demeure en construction, qui n’attend plus que des citoyens de bonne volonté, pour vivre et se développer.

Merci à vous de m’avoir écouté.

Ad Majorem Brâkmari Gloriam !"


La réponse du Concile fut terrible... Ils n'avaient pas digéré le départ du disciple de Sram et n'avaient tout bonnement pas l'intention de laisser s'installer au sein de la Cité Sombre, une autre organisation.

Devant tant de problèmes et de malentendus, qui auraient fait les dieux et démons douter d'eux même, dépité, Destin Farceur décida de se retirer auprès de Sram... Il se rendit en Descendre 637 au cœur du Cimetières des Torturés et attendit que les Chafers et Fantômes l'envoient rejoindre Sram...(Dédain suprême). 
 
Destin Farceur, ayant eu à quelques occasions l'expérience de succomber sous les coups d'autres créatures, et se retrouvant à chaque fois toujours de ce monde alors qu'il s'attendait à trouver le repos auprès du dieu, ne se faisait guère d'illusion. Il s'attendait une nouvelle fois à être de suite renvoyé, afin de continuer à amuser les dieux en ce bas monde. Mais cette fois-ci, à sa grande surprise, il se retrouva dans d'étranges et irréelles limbes où enfin tout lui semblait calme... Sram avait-il entendu son appel? L'avait-il simplement oublié? 

Près de deux années s'écoulèrent, Destin Farceur se sentait flotter, libéré des ses rancœurs et déceptions... Un mal de tête infernal lui fit soudain ouvrir les yeux..."Nom un Troll !" Il venait de se fracasser la tête contre la statue du Dieu Sram, une nouvelle fois...

"Ah non !" s'écria-t-il en contemplant avec étonnement et incrédulité la masse grouillante telle une ruche autour de lui...

Il passa trois jours et trois nuits à errer dans tous les endroits où il avait vécu... ne comprenant plus un mot de ce qu'on pouvait lui dire... des mots inconnus et barbares lui brouillaient les pensées...Le Cimetière des Torturés... là-bas il serait tranquille...
Il s'y réfugia de longs mois, le temps de reprendre ses esprits, d'analyser ce qui avait changé pendant tout ce temps...

Il en tira une conclusion évidente... rien n'avait évolué... rien... Et bien soit ! Il se jura de ne plus jamais se laisser "embrumer" l'esprit  par une quelconque organisation des deux cités... de les laisser continuer à s’entre-tuer et se battre économiquement...

Dorénavant il œuvrerait pour lui !


Il se souvint alors d'un Clan... d'un endroit où ceux le peuplant, ne se comportaient pas comme des Bworks, faisaient fi du conflit entre les deux cités, et pratiquaient le commerce... une demeure ne succombant pas au chaos ambiant... Il se rendit à cette demeure, consulta tous les parchemins qu'il put... et découvrit "la voie du Kama"... 





 "DestinFarceur,  le fléau du Concile Pourpre ! " Lothar - Grand Maître du Clan de Sériane Kerm

Personnages

DestinFarceur
Sram Lvl Omega 22 Meriana
Mercenaires UktuhlS

Activité sur le Forum dofus

8 1469
Avis aux participants :

Ce sujet n'est destiné qu'à soumettre la demande d'une partie des joueurs à Ankama, et non pas à devenir un débat entre jeu « multi-compte » et jeu « mono-compte ».

Vous êtes néanmoins invités à y partager vos idées, vos craintes éventuelles, vos interrogations, tout en restant dans l'idée que ce sujet n'est qu'un plaidoyer pour l'ouverture d'un deuxième serveur et en aucun cas la demande de suppression du jeu « multi-compte ». Il ne s'agit pas...